"Inlassablement tout tourne autour du soleil de notre nature psychique et vivre dans cette harmonie c'est être.  Toute vie et toute mort sont vie dans l'épanouissement de ce seul désir."

     

"Être conscient d'être créé implique participation.  Ceci est le fondement de mon engagement.  Tracer des lignes écho de la ligne, imprimer, bâtir, cultiver, soigner… méditer, éveiller, dire c'est créer. Toujours nous participons, nous communiquons, nous communions.     

 

 

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page
1/4

Jordi Bonet (7 mai 1932 – 25 décembre 1979)

Artiste multidisciplinaire québécois d’origine catalane, Jordi Bonet a produit un nombre impressionnant  de dessins, peintures, céramiques, sculptures et murales.

Jordi Bonet naît le 7 mai 1932 à Barcelone, en Espagne. Élevé au sein d’une famille ouverte à l’univers des arts et de la culture, il s’intéresse rapidement à l’architecture, l’art, la littérature et l’histoire de la Catalogne. Très jeune, il est passionné par ces grands maîtres catalans modernes que sont Gaudi et Dali.  En 1954, après des études à l’École des beaux-arts de Barcelone et un séjour à Paris, il ressent le besoin de quitter son pays et s’installe au Québec.

Jordi Bonet est un véritable artiste entrepreneur : il n’hésite pas à faire du porte-à-porte pour vendre ses premières œuvres, encres et gouaches  sur papier. Il s’intéresse ensuite à la céramique et réalise ses premières murales sur des petites tuiles qu’il cuit dans son appartement. Parallèlement, il entreprend une production d’objets décoratifs et utilitaires, ce qui lui permet de développer son style et son expertise.

En 1963, il réalise sa première œuvre d’importance intitulée Hommage à Gaudi composée de huit tympans destinés aux portes de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts de Montréal. Suite à cette réalisation spectaculaire, les commandes prestigieuses affluent.

La liste de ses réalisations est longue. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs régions du Québec, du Canada, dans plusieurs États américains et jusqu’en Arabie Saoudite.

Avec un véritable sens de l’urgence dans la création, Jordi Bonet a comme credo de placer l’art au cœur de la cité, de rendre l’art accessible. Pas question pour autant d'édulcorer son expression. Nos œuvres, écrit-il, doivent dire nos espoirs et nos aspirations. Créant des œuvres destinées aux lieux publics, il est constamment à la recherche du dialogue : pour émouvoir, bouleverser, interroger. La polémique qui fait rage autour de la gigantesque murale sculptée à même le béton dans le hall du Grand Théâtre de Québec (1969) en témoigne.

Dès 1973, atteint de leucémie, Bonet se sait condamné. Au-delà des ambitions qui ont fait la flamboyance du muraliste public, il se recentre sur la vérité de la création solitaire pour travailler sans relâche jusqu’à la fin.  En sculpture, il redécouvre le petit format.  Il aborde la sérigraphie et aussi la peinture.  Il revient au dessin avec les 160 feuilles du Livre des Naissances.  

Jordi Bonet meurt le 25 décembre 1979.

 

Contact: llbonet@me.com

 

Titre 2

JORDI BONET, 1932-1979.